Claire CRUBLET, candidate rennaise à "Ma Thèse en 180 secondes" 2022


Avant de participer aux qualifications rennaises organisées le 1er mars 2022, Claire CRUBLET – Université Rennes 2 / laboratoire Valeurs, Innovations, Politiques, Socialisations et Sports (VIPS²) – a répondu à nos questions. Son sujet de thèse : « Sport connecté et attractivité territoriale. Le cas de la randonnée pédestre en Bretagne. »

Claire Crublet, candidate n°2


Pourriez-vous vous présenter et nous raconter votre parcours ?

Actuellement en troisième année de doctorat, j’ai effectué ma Licence puis mon Master en STAPS, en management du sport, à l’Université Rennes 2. J’ai fait le choix d’enseigner en parallèle de mes études et c’est très complémentaire avec la recherche. L’un et l’autre s’enrichissent mutuellement.

J’ai une très forte appétence pour le sport et en particulier la course à pied et la randonnée pédestre.

Cela me permet de m’oxygéner et de me ressourcer en parallèle de la thèse. D’ailleurs la thèse est un sacré marathon psychique et physique.

Quel est votre sujet de thèse ?

Mon sujet de thèse porte sur les innovations numériques qui se développent autour de la randonnée, sur les effets de ces transformations sur la structuration du marché du tourisme sportif et sur les enjeux touristiques, socioéconomiques et en termes d’attractivité territoriale.

Pourquoi participez-vous à Ma thèse en 180 secondes ?

Ma thèse en 180 secondes est excellent exercice, à la fois stimulant et formateur, pour gagner en aisance à l’oral et travailler la confiance en soi. C’est donc un exercice qui offre la possibilité de progresser tant sur la communication verbale (capter l’attention de son auditoire, convaincre, etc.) que sur la communication non verbale (gestuelle, posture, etc.). Demandant sens et engagement, cet exercice vise à me doter d’un regard distancié vis-à-vis de mon sujet de recherche, pour lui donner un second souffle, une nouvelle dimension qui est une vraie plus-value à exploiter.

Qu’est-ce qui vous paraît le plus difficile à réaliser dans l’exercice ?

Le plus difficile dans cet exercice est d’être en capacité de synthétiser son travail doctoral en un temps record de 3 minutes alors que l’aventure doctorale en elle-même dure au minimum 3 ans. C’est un défi haletant de réussir en trois minutes un exposé clair, concis et convaincant de son projet de recherche. Cette épreuve de vulgarisation invite à trouver les mots justes pour expliquer sa thèse, réussir à en parler de manière simple et claire à son entourage, ses amis, ses proches, etc. tout en sortant de son jargon habituel, quotidien, que l’on partage avec ses directeurs de thèse, son équipe au sein de son laboratoire de recherche et la communauté scientifique plus généralement.

Qu’est-ce que les 2 journées de formation vous ont apporté ?

Ces deux journées, très formatrices et enrichissantes, prenant la forme de divers et multiples ateliers permettaient d’interagir avec d’autres doctorants (pluridisciplinarité) pour présenter nos thèses respectives et s’entraider en portant un regard neutre, neuf et constructif. L’entraide a été le maître mot. L’équipe de formateurs qui nous accompagne est un pilier pour nous aider à nous préparer à construire notre « pitch » de 3 minutes.

En complément, auriez-vous un trait de votre personnalité, une anecdote à partager pour mieux vous connaître ?

Relever des défis professionnels, personnels et sportifs m’animent au quotidien. Ma thèse en 180 secondes est une très belle opportunité : un nouveau challenge ! La thèse demande persévérance, sens et engagement, tout en se dotant d’exigence et rigueur chaque jour. Tous les ingrédients utiles pour relever les challenges qui sillonnent mon parcours doctoral.

« Cet exercice vise à me doter d'un regard distancié vis-à-vis de mon sujet de recherche, pour lui donner un second souffle, une nouvelle dimension qui est une vraie plus-value à exploiter. »

Claire CRUBLET – Doctorante

Découvrir les autres candidats


Retour à la présentation de la nouvelle édition 2022