Martine Bonnaure-Mallet promue au grade d'Officier dans l'ordre national du Mérite

Professeur des universités-praticien hospitalier en odontologie pédiatrique, Martine Bonnaure-Mallet a reçu des mains du Préfet Emmanuel Berthier les insignes d'Officier de l'ordre national du Mérite le 9 novembre 2022.
Martine Bonnaure-Mallet décorée de l'ordre national du Mérite par le Préfet Emmanuel Berthier (à droite), en présence de David Alis, Président de l'Université de Rennes 1 © G. Le Page

Le parcours de Martine Bonnaure-Mallet

Après son diplôme d’Etat en chirurgie dentaire obtenu en 1980 à l’Université de Rennes 1, Martine Bonnaure-Mallet n’a eu cesse de se former. Elle obtient en 1983 sa maîtrise de biologie humaine et poursuit en 1987 un doctorat d’Etat en Odontologie. Son double cursus en dentaire et en sciences l’a conforté dans le choix d’une carrière hospitalo-universitaire avec un tropisme axé sur la recherche. Forte de cette solide formation, elle a été nommée professeur des universités-praticien hospitalier en 1990 et a été la plus jeune professeure des universités-odontologiste des hôpitaux lors de son recrutement.

Attachée à la transmission des savoirs, elle poursuit auprès de "ses futurs consoeurs et confrères", comme elle l’aime le rappeler, ses activités pédagogiques au sein des facultés de médecine de l’Université de Rennes 1 et de Caen. Suite à la réforme des études médicales, depuis 2011, elle intervient à l’Université de Rennes 1 et de Caen dans le cadre du 1er cycle PACES et est, depuis 2015, directeur du département PACES. Martine Bonnaure-Mallet a, notamment, oeuvré à faciliter l’accès aux études de santé des étudiants des territoires costarmoricain et morbihannais, via des enseignements numériques. Depuis 2019, elle pilote la réforme du 1er cycle des études de santé (PASS et L.AS).

Etre professeur, c’est aussi « chercher » reconnaît-elle. Martine Bonnaure-Mallet a dirigé l'équipe de biologie buccale, puis l’équipe de microbiologie « Risques infectieux ».  Elle a construit avec ses collègues scientifiques (pharmaciens, biologistes, médecins, et dentistes), ainsi qu’avec les personnels administratifs et techniques, des projets sur le microbiote buccal, lauréats de Projets d’Investissements d’Avenir comme le RHU IVasc, de la Fondation des « Gueules Cassées », de l’Institut français de recherche en odontologie... Plusieurs projets sont en lien avec l’industrie et la recherche clinique (Unilever, Procter & Gamble, Expanscience, SLS France...). Ce travail de recherche a donné lieu à 135 publications internationales, à des ouvrages et chapitres d’ouvrage et à de nombreuses communications. Depuis 2017, Martine Bonnaure-Mallet est membre de l’Unité mixte de recherche NuMeCam (Université de Rennes 1, Inserm, Inra), unité créée par l’association d’une unité Inserm du site de Rennes et de l' EA microbiologie "risques infectieux" . Dans cette unité, Martine Bonnaure-Mallet apporte son expertise sur la biologie buccale. Elle a dirigé 16 thèses d'université et encadré de nombreux masters.

Sa mission hospitalière est dévolue en tant que chirurgien-dentiste au service d’enfants atteints de cancer à l’hôpital Sud du CHU de Rennes dans le service de médecine de l’enfant et de l’adolescent. Avec les équipes médicales, elle est convaincue de l’intérêt de la santé buccale dans la prise en charge globale des jeunes patients. Par ailleurs, elle s’attache à affirmer les conséquences des maladies de la cavité buccale sur les maladies cardio-vasculaires pour un programme national de recherche hospitalo-universitaire. Elle milite également pour que la prévention bucco-dentaire devienne un cheval de bataille national. Au sein de l’Association Dentaire Française qui fédère toute la profession des chirurgiens-dentistes, elle a assuré, en 2016, la présidence du congrès (7 000 congressistes, 800 conférenciers et 450 exposants). En 50 ans, cette association a été gérée par deux présidentes ; elle est l’une d’entre elles.

Depuis avril 2006, Martine Bonnaure-Mallet est adjointe au Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie pour la région Bretagne (depuis janvier 2021 DRARI). Elle participe au développement de nouveaux pôles de recherche. Elle a contribué à la création et au développement de la SATT (Société d’Accélération du Transfert de Technologies) Ouest Valorisation, de l’IRT b<>com, et du Tremplin Carnot AgriFood Transition. C’est sous son action que s’est déployé le projet Technosciences, devenu « Plug in labs », portail mettant à disposition des entreprises une cartographie des compétences scientifiques et technologiques sur le territoire breton. Actrice de l’innovation, elle a su mobiliser et convaincre pour soutenir, renforcer et pérenniser le projet grâce à l’octroi d’un financement ministériel. Intérim de la DRRT en 2016, elle a contribué au montage des projets CPER et les a défendu avec conviction auprès du Ministère.
Depuis le 1er janvier 2021, en raison de la transformation de la DRRT en délégation régionale académique à la recherche et à l’innovation (DRARI), elle reste en charge des secteurs "Santé" et "Sciences Humaines et Sociales" et  s’est vue confier les dossiers « Europe » et « Intelligence et sécurité économique ».

 

Pendant l'épidémie COVID-19, l'ensemble des activités de l'Université de Rennes 1 a été repensé. Dans ce cadre, elle a alors poursuivi avec efficacité la continuité des comités de pilotage pour la mise en oeuvre de la réforme des études médicales. Elle a également apporté son soutien aux étudiants en difficulté et son aide à l’orientation des néo bacheliers et leurs familles.

Attentive aux autres tout au long de sa carrière, Martine Bonnaure-Mallet a, dans son parcours, été également administratrice puis vice-présidente en charge des ressources humaines à l'Université de Rennes 1, membre du conseil scientifique de l’Université Rennes 2. Elle est administratrice de l'EHESP (École des Hautes Études en Santé Publique) représentant le Ministère.
« Chacune de ces fonctions, nullement cloisonnées, est une source inépuisable de vitalité, de richesse et d’avenir » confie-t-elle. Ainsi, la ligne de force de Martine Bonnaure-Mallet est sa capacité à construire des passerelles entre ses différentes activités d'enseignement, de soins, de recherche et encore administratives.
Ses qualités professionnelles, son engagement au service du collectif et son sens du service public sont remarquables et unanimement appréciés.
 

jmlke