L’ARS Bretagne et l’Université de Rennes 1 labellisent les deux premières Maisons de santé pluri-professionnelles universitaires de Bretagne

Les Maisons de santé pluri-professionnelles Rennes Nord-Ouest (35) et Lib&Rance de Quévert (22) se sont vue attribuées lundi 27 juin le label universitaire.
La démarche conforte la qualité de formation des étudiants et internes en médecine de l'université ainsi que l’offre de soins sur les territoires.
Pour bénéficier de cette labellisation "universitaire", les maisons de santé pluriprofessionnelles ont du justifié plusieurs critères :
- la présence de praticiens agréés en tant que maître de stage des universités, 
- l'accueil régulier d'étudiant·e·s de 2ème et 3ème cycle de médecine et médecine générale,
- l'accueil d’autres professionnels en formation (IDE, kinésithérapeute, pharmacien, etc.),
- la mise à disposition d’un lieu de consultation avec les moyens matériels adéquats,
- le déploiement d’actions de recherche en soins primaires et en médecine générale, notamment en formalisant un programme de participation à des travaux de recherche en lien avec l’université et en s'inscrivant dans les pratiques de la recherche clinique en matière de recueil, de partage et d'analyse des données médicales.

Un environnement propice à la formation, en proximité des étudiants, qui sert l’attractivité médicale des territoires

Un projet de Maison de santé pluri-professionnelles est le résultat d’une volonté des professionnels d’adapter l’offre aux besoins de santé, dans une dynamique de décloisonnement, de coopérations pluridisciplinaires, de transmission des savoirs, de partage et de recherche avec les jeunes générations de professionnels.

Ces structures permettent de répondre aux enjeux démographiques en développant l’attractivité médicale sur le territoire, auprès des patients et des professionnels, et en renforçant les liens entre la médecine ambulatoire, l’hôpital et l’université.

Des acteurs de la recherche en santé

Imbriquant recherche, enseignement et offre de soins, les Maisons de santé pluriprofessionnelles universitaires permettent de décentraliser l’université dans les territoires, d’y développer la recherche en soins primaires au service des patients en incluant l’ensemble des acteurs (patients, médecine ambulatoire et universitaires). 
Ainsi, la recherche en santé se dynamise et se structure en dehors des établissements de santé. Ces aspects rejaillissent sur la qualité de la formation initiale des professionnels de santé mais aussi sur leur formation continue.