Coopération France-Chine : des liens renforcés avec l’Université du Sud-Est de Nankin

L'Université de Rennes accueillait le 16 novembre 2023 une délégation de l'Université du Sud-Est de Nankin, partenaire historique depuis bientôt 40 ans, pour le renouvellement de l'accord-cadre entre les deux universités.

Renouvellement de l’accord-cadre entre les deux universités : un nouveau départ

Bientôt 30 ans après la signature du premier accord-cadre entre les deux universités, l’Université de Rennes accueillait une délégation de l’Université du Sud-Est de Nankin pour la signature de son renouvellement. Il s’agissait de la troisième visite du Professeur Wei Zuo, président du Conseil de l’université chinoise, qui compte actuellement des accords avec l’ISTIC, la Faculté des Sciences Économiques et la Faculté de Droit et de Science Politique. Pour les composantes, la visite de la délégation a été l’occasion de renforcer ce partenariat en faisant le bilan des actions en cours et en identifiant d'autres disciplines susceptibles de collaborer : côté Faculté des Sciences Économiques, si elle accueille actuellement une doctorante chinoise, c’est par ailleurs 3 articles qui ont déjà pu être co-publiés, 3 thèses en co-direction et 2 co-tutelles, une en cours et une terminée en 2019. Son doyen a pu réitérer le souhait que des étudiant·es rennais·es puissent suivre des cours en anglais à Nankin. Côté Faculté de Droit, l’accord va être renouvelé avec la mobilité de trois étudiantes et étudiants de chaque université.

Pour rappel, l’Université de Rennes lançait en 2018 une école conjointe de 2e et 3e cycles avec l’Université du Sud-Est (Nankin) intitulée « École rennaise de 2e et 3e cycles de l’Université du Sud-Est » (« Rennes Graduate school of Southeast University ») : le premier institut Franco-Chinois à proposer des programmes communs de Master et de Doctorat. Depuis, plus d’une centaine d’étudiantes et d’étudiants ont pu être formé·es.

La signature de cet accord marque une nouvelle étape dans la collaboration entre les deux universités, en particulier dans les champs du numérique, des technologies de la santé et de l’environnement.

L’Université du Sud-Est de Nankin : des relations de longue date avec l’Université de Rennes

L'Université du Sud-Est (SEU), qui célébrait ses 120 ans d’existence en 2022, est l'une des principales universités nationales. Elle est l'une des plus anciennes institutions d'enseignement supérieur en Chine et fait partie des universités chinoises classées « université de premier ordre ». Forte de ses nombreux programmes, elle est particulièrement orientée vers la recherche et place l’internationalisation au cœur de sa stratégie depuis quelques années. Elle compte actuellement plus de 36 000 étudiantes et étudiants dont environ 2000 étudiant·es étranger·es.

La collaboration entre les deux universités remonte à l’origine à une coopération dans le domaine des sciences et technologies de la santé initiée dans les années 80, entre le laboratoire Traitement du Signal et de l'Image (LTSI) et son laboratoire « miroir »à Nankin, le Laboratory of Image Science and Technology (LIST), fondé par un chercheur chinois formé à Rennes. Dans l’optique de renforcer cette synergie entre les deux laboratoires, le Centre de Recherche en Information Biomédicale sino-francais (CRIBs) a été créé en avril 2006, en partenariat entre l'Inserm, l'Université de Rennes et l'Université du Sud-Est. Il a été le premier laboratoire « sans murs », un International Research Project (IRP) de l’Université de Rennes et de l'Université du Sud-Est, ainsi que le premier de l'Inserm dans le domaine des technologies pour la santé. Ce laboratoire a permis l'établissement de trois Masters internationaux délocalisés : d'abord, dans les domaines du traitement du signal et de l'électronique dès l'année universitaire 2008-2009, puis dans le domaine de la banque et de la finance à partir de 2010.  Il est toujours actif à ce jour, avec actuellement 7 thèses en cours (doctorantes et doctorants chinois·es) dont 3 co-tutelles en cours de signature. Cette dynamique a été à l’origine de la création de l’IFC en 2018.